Mode de décision

 

Au Cohabitat de Gatineau, nos décisions sont prises de trois manières différentes, en fonction de la portée des questions à résoudre:
 

  • Enjeux fondamentaux (exemple : emplacement du cohabitat) : nous décidons par sociocratie, notre mode préférentiel. Nous mobilisons notre intelligence collective pour rechercher le consentement des membres dans un processus qui donne des décisions solides, inclusives, applicables et durables pour le groupe.
     

  • Décisions urgentes ou déblocages (exemple : décisions financières) :  un vote démocratique au moyen d’une majorité qualifiée selon le domaine, par exemple, 66 % ou 75 %, peut être utilisé.
     

  • Décisions opérationnelles, simples ou urgentes (exemple : répondre à un courriel) : dans les domaines où les Cohabitants de délèguent leur autorité à un plus petit groupe, nous recourons à l’autocratie.
     

La sociocratie est un mode de décision et de gestion par consentement qui encourage les participants à
s’exprimer et à assumer leurs décisions.

 

« Le consentement implique qu’une décision est prise

lorsqu’il n’y a plus d’objection raisonnable à la proposition.

Tant qu’il y a des objections, l’ensemble du groupe se mobilise

pour bonifier la proposition. »

- Tiré du Guide des outils pour agir, fiche 15, publié par la Fondation Nicolas Hulot.

 

Les objections sont encouragées et vues comme une occasion d’améliorer une proposition. Elles doivent toutefois s’appuyer sur les objectifs du groupe et reposer sur ses valeurs, sa mission et ses principes, non sur des préférences personnelles.

 

Lorsque la proposition est sécuritaire et permet d’avancer, elle est adoptée, quitte à réévaluer la décision à l’usage. La décision ne requiert pas l’unanimité ni même un certain consensus; elle repose sur l’absence d’objection raisonnable.